GQD
GQD
vivons mieux ! live better GU QI DAO 顾气道 - Art de Vivre, Art Martial
vivons mieux ! live better GU QI DAO 顾气道 - Art de Vivre, Art Martial  

Momoko Kato - violoniste de l'Orchestre de Paris

ce qui est très bénéfique pour nous les musiciens qui exigons beaucoup de nous-même pour la performance et parfois au détriment de la santé

Hania Prokop - architecte

C'est ainsi que je suis amenée progressivement à m'initier à la self défense, ce que je n'aurais jamais imaginé, il y a encore peu de temps !

 

Thierry Menale - directeur commercial

Maître Ji GU ne nous promet pas de devenir des surhommes invincibles, mais simplement des hommes et femmes bien dans leur vie, bien dans leur peau

Nathaelle Collonneaux - chef en restauration

Le Gu Qi Dao me permet de me sentir bien physiquement et mentalement

Thibault Cummings - développeur web

Un art de vie merveilleux

Minh Hà - fasciathérapeute

Chaque cours est une libération progressive du corps et de l'esprit. Mon esprit se détend, s'allège et le mental s'apaise

Erik B - journaliste

Entretenir l'équilibre, la souplesse et la coordination sans maltraiter son corps

Kaya Wiener - écolière

J'aime bien l'exercice de combat du Gu Qi Dao, ça donne un moyen de canaliser sa force

Florence Martin - employée de banque

On a des effets plus rapidement, c'est plus efficace, plus agréable

Frédéric Sachot - ingénieur aéronautique

C'est bien d'utiliser des accessoires du quotidien au lieu des armes

Emmanuelle Aguilad - graphiste

Depuis que je pratique le GU QI DAO avec maître Ji, j'ai acquis beaucoup de réflexes

Hania Prokop.

 

Arrivée en fin d'activité professionnelle après une vie d'architecte qui ne me laissait pas beaucoup de disponibilité, j'ai éprouvé le besoin de m'occuper davantage de moi-même. Passionnée de danse et de musique, intéressée par les arts martiaux, j'ai alors cherché un enseignement de Taï Chi Chuan, plus particulièrement du style Chen qui me paraissait répondre à mes aspirations.

C'est avec cette demande que j'ai contacté Maître Gu Ji qui m'a proposé de découvrir le Gu Qi Dao dont il est le créateur. Je pratique maintenant cet art martial depuis deux ans, et je dois dire que plus je progresse, plus je trouve ce que je cherchais dans le Taï Chi, et sans doute davantage, dans la mesure où j'ai pu accéder rapidement à la pratique des différentes formes de travail proposées en arts martiaux, sans pour autant renoncer à l'exigence d'un apprentissage rigoureux.

Plus j'avance dans cette initiation, plus je sens l'intérêt de pratiquer ces trois différentes parties du travail dans une mise en relation, chaque partie clarifiant et qualifiant les deux autres.

Les enchaînements de mouvements trouvent leur qualité lorsqu'ils sont remplis par la circulation d'énergie et exécutés avec la souplesse et la fluidité développées par le Qi Gong. Par ailleurs, ces mêmes mouvements deviennent ceux de la self défense, lorsqu'on les exécute dans une dynamique adaptée.

C'est ainsi que je suis amenée progressivement à m'initier à la self défense, ce que je n'aurais jamais imaginé, il y a encore peu de temps !

Se surprendre soi-même n'est pas le moindre bénéfice d'une telle pratique...

Un autre bénéfice se trouve dans le plaisir des sensations éprouvées au travers de l'approfondissement de chaque mouvement… A mon petit niveau, commencer par exemple à comprendre comment les opposés peuvent se conjuguer, la puissance et la souplesse, la tension et le relâchement, le contrôle et le lâcher prise... Comme dans la vie !

Avec la surprise de découvrir que cette exploration ne s'achève jamais, ce qui entretient la passion.

Sans parler de la surprise de sentir son corps récupérer peu à peu des sensations de jeunesse : celles de conjuguer la stabilité de l'assise avec la fluidité des déplacements, d' « habiter» chaque mouvement, de permettre à une énergie insoupçonnée de (re)commencer à se libérer...

Enfin, un grand plaisir réside dans les rencontres avec d'autres pratiquants, les échanges qui font avancer, les partages d'expériences...

Par tous ces aspects, le Gu Qi Dao intègre désormais mon quotidien et l'enrichit considérablement, ce dont je suis très reconnaissante à Ji.

 

Novembre 2017.

Bonjour,

 

Je m’appelle Thierry, j’ai 55 ans, directeur commercial dans l’importation.

 

Passionné des arts martiaux et sports de combat depuis mon adolescence, j’ai donc pratiqué plusieurs disciplines, du karaté japonais en passant par la boxe française, boxe américaine, etc..

 

Je pratique le Gu Qi Dao depuis 3 ans. 

 

J’y suis allé au début par curiosité avec un peu de réticence et quelques préjugés sur les arts martiaux internes chinois. 

 

Je dois dire que j’ai été très surpris et néanmoins enchanté par mon premier contact avec Maître Ji et son enseignement.

 

Il nous invite et nous fait entrer dans l’univers de son art avec sa gentillesse et bonhommie naturelle.

 

En s’adaptant toujours aux différentes personnalités, respectant les capacités physiques de chacun de ses élèves, et tout cela avec toujours de la pédagogie, des mots et des explications simples loin de l’enseignement exagérément complexifié de certains enseignants et de certaines disciplines.

 

Maître Ji ne nous promet pas de devenir des surhommes invincibles  mais simplement des hommes et femmes bien dans leur vie, bien dans leur peau. 

 

Cette démarche toute nouvelle pour moi m’a amené et permis d’apprécier les arts martiaux chinois et découvrir jour après jour toute la richesse du Gu Qi Dao.

 

Je remercie Maître Ji de m’avoir fait comprendre l’importance de la partie énergétique (Qi gong du Gu Qi Dao) sans négliger l’importante partie martiale de la discipline.

 

Et ce que j’ai compris à mon stade de pratique, c’est que le Gu Qi Dao n’est pas exclusivement basé sur l’énergétique ou sur les applications martiales, mais il est les deux à la fois, la réunion de “interne” et de “externe”.

 

Je ne suis donc qu'au début de ma pratique et le chemin est long. Merci Maître Ji  de  m’accompagner avec toujours votre bienveillance et votre humour.

 

Thierry Menale,  2017,  Paris

 

 

Ma découverte du GU QI DAO

 
Introduction:
 
Je m'apelle Mihn, je suis Fasciathérapeute.
 
Dès les premiers mouvements, j'ai senti une dynamique interne dans mon corps avec l'envie de me déployer dans l'espace, l'envie de rire, et une joie douce et profonde monter.
 
À chaque cours c'est une libération progressive du corps et de l'esprit. Mon esprit se détend, s'allège et le mental s'apaise.
Je contacte mes retenues et mes restrictions physiques et je fais le lien  avec mes retenues psychologiques.
la découverte de mouvements et de rythmicités différentes est jubilatoire: je me sens plus vivante, dynamique et confiante
 
Questionnement:
 
À chaque fin de cours, je m'étonne du dynamisme, de la détente et la joie qui m'habitent ( je rentre souvent en chantant )
 
Analyse:
 
Dès les premiers mouvements montrés par Maître Ji,  je reconnais une lenteur dite "sensorielle" définie en neurosciences. Cette  lenteur de 15 secondes par mouvement rend la proprioception consciente. Cette lenteur est le protocole pour se sentir en mouvement et procure une sensation d'être plus vivant, plus "matièré ", dense et fluide en même temps. Cette lenteur est expérimentée en "gymnastique sensorielle"
C 'est aussi cette lenteur que j'insufle en thérapie manuelle pour relancer la dynamique d'auto-guérison des patients que l'on nomme "mouvement interne"en terme fasciathérapie.
 
Avec le Gu Qi Dao, j'apprends à ressentir les différents rythmes, vitesses, accélération et suspension en mouvement. Et j'espère arriver un jour à les laisser tous jaillir. C'est comme une partition de musique en clé de sol, le tempo de base est 2 noires, et se succèdent  en même temps blanches pointées, triples croches, soupirs ... etc
Quand Maître Ji dit que la force d'auto-guérison est dans les mouvements réflexes, je ressens bien un jaillissement d'énergie qui me semble être l'adaptation maximale aux évènements
 
Quand Maître Ji parle de travail externe et travail interne, je retrouve une discipline de santé et une possibilité de déploiement de la potentialité de la personne pour son accomplissement et son bonheur. Pour certains ils emmèneront cette discipline dans un art ( chant, danse, théâtre, peinture , pédagogie ... etc); 
Pour moi la motivation est de renforcer la santé et  continuer mon chemin  plus sereine et apaisée. 
C'est aller vers plus de bonheur et de joie, de prendre davantage soin des relations affectives avec la famille et les amis;
C'est d'avoir des échanges amicaux et culturels avec chaque personne, parce qu'elle porte en elle, ses valeurs, sa culture et ses origines. 
C'est un partage de coeur, d' esprit et d'âme.
C'est l'ouverture au monde parce que la peur s'estompe. 
 
          
                                           
 GU QI DAO                                       
 
Le Tao du Chi: 
Cette danse interne déploie la joie, bienveillance pour soi et l'autre.Esprit et matière = 1
Cette unité, harmonie dès la 1ème cours a changé ma relation aux autres et ma pratique professionnelle.
 
Art de vivre: 
Cette pratique augmente le ressenti et le la douceur, la le respect de soi, de l'autreet de l'environnement.c'est une écologie l'homme et la planète.
        
 
 
voilà Ji un témoignage spontané et enthousiaste
J'ai beaucoup aimé la notion de travail externe jusqu'à 35 ans, et ensuite développer le travail interne,cette connaissance des aptitudes humaines est respectueuse de chacun.
Et la notion de posture de repos, de non effort et de plaisir (1mn d'entrainement, dans les gestes du quotidiens) est agréable et tellement pédagogique...
 
Je souhaite que tu puisses transmettre et développer ton art très rapidement!
 
Minh Hà           06.09.2017 Paris
 
 
 

 

 

Je m'appelle Yoann. J'ai 37 ans. J'exerce le métier de professeur des écoles. Ma fonction consiste à
remplacer les collègues de travail absents pour diverses raisons (maladie, congé maternité essentiellement).
J'enseigne à des élèves dont les plus jeunes ont 3 ans et les plus âgés 10 ans. Je suis actuellement en congé
longue maladie. Les conditions difficiles d'exercice de mon métier, ajoutés à un engagement syndical
militant sans limites m'ont conduit progressivement au burn out.
Passionné par les arts martiaux depuis l'adolescence, ce n'est que quelques années plus tard que j'ai
franchi le pas. Tout d'abord en pratiquant le Ju Jitsu brésilien et ensuite le Tai Chi Chuan Chen Long. J'avais
auparavant pratiqué en compétition pendant une dizaine d'année le cyclisme et puis plus jeune le football
pendant 4 ans.
Je pratique le Gu Qi Dao depuis 2 ans. J'ai connu le Gu Qi Dao en lisant le revue DRAGON il y a 4
ans. J'avais contacté Maitre Ji pour assister à un cours. J'y suis venu...2 fois. Je n'avais pas poursuivi ma
pratique. La façon de mener la séance de Maître Ji m'avait plu mais je n'avais pas le temps de pratiquer. J'ai
néanmoins été enchanté par l’accueil de Maître Ji. Avec humour et simplicité, il sait nous faire entrer dans
l'univers de son art.
La pratique de Gu Qi Dao a modifié la façon dont je perçois les pratiques des activités physiques et
sportives que je pratique parallèlement au quotidien et ma façon de vivre ma vie quotidienne. Je ne me
réveille plus de la même façon. Je ne prends plus ma douche de la même façon. Je ne m’habille plus de la
même façon. En parlant d’habillement, dans le Gu Qi Dao, il n'y a pas de tenue spécifique. Nous pratiquons
comme nous sommes habillés dans la rue. Nous arrivons comme nous sommes avec ce que nous sommes. Et
maitre Ji sait adapter sa séance en fonction de notre état d'esprit, de notre état de forme du moment, y
compris lorsque les cours sont collectifs.
Parallèlement, je pratique la randonnée pédestre et cycliste. Depuis que je pratique le Gu Qi Dao, je
ne me balade plus, je ne me promène plus de la même façon. Je ne marche plus aussi vite qu'avant et je cours
très peu pour préserver mes ligaments, parties du corps que Maitre Gu Ji considère comme une partie du
corps aussi importante à développer que les muscles.
Avec des mots simples et concrets, des mouvements ayant le nom d'actions de la vie quotidienne,
Maitre Ji nous transmet un message
: à tout moment une agression physique, verbale, sexuelle peut arriver
dans le monde moderne. Il est donc nécessaire d’être prêt à faire face à cette adversité et à ce monde hostile.
Même si nous sommes en temps de paix, certaines personnes «
jouent
» à la petite guerre au quotidien. Il est
donc nécessaire de savoir se défendre, notamment verbalement car dans nos sociétés modernes les insultes,
agressions verbales et les petites pressions au quotidien notamment au travail sont de plus en plus fréquentes.
L’évaluation technologique ne fait pas exception à ce constat. En utilisant certains mails et SMS envoyés
et/ou recus, certains commentaires sur les blogs, les sites internets et les réseaux sociaux, bons nombre de
citoyens français «
se défoulent et décharge toute leur violence
» derrière un écran. La société française est
devenue de plus en plus violente verbalement, que ce soit par oral et/ou par écrit.
En pratiquant le Gu Qi Dao, je ne souhaite pas devenir un surhomme. Simplement un homme
quelconque qui essaye de vivre un peu mieux sa vie. Je souhaite apprendre à préserver ma santé et ma
vitalité tout en apprenant à me défendre et à avoir confiance en moi pour faire face au différents stress et
agressions de le vie quotidienne qui font partie des aléas de la vie.
Je ne suis qu'au début de ma pratique. «
Un voyage de milles lieux commence par un premier pas
»
disait Lao Tseu. Je vous recommande de franchir ce premier pas dès que vous vous sentirez prêt en
pratiquant vous aussi le Gu Qi Dao.
Fait à DRAVEIL, le jeudi 12 octobre 2017,
Yoann BARS
Elève de Maitre Gu Ji

    

Bonjour,

 

Je m'appelle Erik, journaliste.

 

Adolescent, j'ai pratiqué le judo plusieurs années puis la boxe française jusqu'à 30 ans. J'ai acquis de bonnes bases dans ces deux disciplines jusqu'à ce que je fasse une pause d'une dizaine d'années avant de reprendre le judo. A cette époque, avec l'expérience acquise en pieds-poings et techniques au sol, j'ai également pratiqué le ju-jitsu jusqu'à ce que j'arrête définitivement les sports de combat pour les remplacer par le yoga.

Il y a trois ans, le hasard m'a fait rencontrer Maître Ji et j'ai commencé le qi qong du Gu Qi Dao avec lui. Cette pratique m'a permis de renouer avec l'esprit des arts martiaux, et m'a apporté trois qualités essentielles quand on dépasse la soixantaine : d'abord, entretenir l'équilibre, la souplesse et la coordination sans maltraiter son corps ; puis travailler sa concentration et son bien-être intérieur par la méditation  ; enfin, augmenter ses chances de vieillir en bonne santé.

Par ailleurs, nous abordons quelques techniques de self-defense qui complètent mon apprentissage précédent. Aujourd'hui, j'ai acquis un bon nombre de mouvements que je peux pratiquer même dans un espace très réduit. Cela me permet de m'entraîner quotidiennement quel que soit mon emploi du temps. 

 

 

Erick B,    07.2017  Paris              

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Arts Chinois : Aux Sources du Chi

Appel

Email

Plan d'accès